L'imprécision comme référence
 
Carte la plus ancienne Surhon
   
Namurcum Comitatus (inv. n° B-Ca-001)

1579. Gravure sur papier vergé filigrané. 42,5 x 54 cm.

Namurcum Comitatus est la première véritable carte du comté de Namur. Editée en 1579, cette création du montois Jean Surhon lui vaudra l'octroi d'un privilège par le roi d'Espagne Philippe II. Cette carte servira de référence pendant près de 150 ans.

Elle sera publiée et copiée notamment par Ortelius - qui l’intègre dans son Théâtre de l’Univers, par Mercator - qui la publie dans son Atlas, ou encore par Kaerius ou Blaeu.

Malgré sa reconnaissance scientifique, cette carte rassemble quelques imprécisions: l’échelle employée par le cartographe n’est pas constante, les localités sont positionnées de façon peu précise et les lieux sont parfois notés phonétiquement…

Ce n’est qu’à partir de la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, que la production cartographique se renouvelle avec la représentation des grands sièges que connut la ville. Dans sa fameuse Carte des Pays-Bas autrichiens, Joseph-Jean François de Ferraris s’est attelé à la correction des erreurs du passé et livre en 1770, une carte de cabinet dessinée en couleurs à l’impératrice Marie-Thérèse.

Les spécificités de Namurcum Comitatus, bien qu’elles amputent l’exactitude et la fiabilité de la carte, font d’elle une source de mystères et relate bien un des phénomènes classiques de la cartographie ancienne : les erreurs accroissent et embellissent l’imagination des auteurs. Ce témoin précieux de la perception cartographique de nos régions que nous livre Jean Surhon est un des joyaux de la collection « Cartes et Plans » de la Société Archéologique de Namur.

Rendez-vous :
Exposition Au Milieu du monde: Namur > 31.10.2015
  
 Carte-Surhon dtail Namur
 Carte Surhon dtail2